in ,

Selon Martin Camus Mimb, le stade d’Olembé n’a pas coûté trop cher

Dans une chronique parvenue à l’Attaquant.com, le journaliste camerounais compare Olembé à d’autres infrastructures du même acabit.

Selon Martin Camus Mimb, le stade d'Olembé n'a pas coûté trop cher

Le casse-tête d’Olembé

Le Stade d’Olembé a-t-il coûté trop cher? Cette question est revenue depuis quelques jours dans l’opinion à la suite d’une énième « saute d’humeur », une de trop entre le constructeur Magil et les autorités camerounaises. Je me suis amusé à regarder et comparer le coût de cette infrastructure avec celles du même acabit dans le monde. Même si le coût n’est pas encore maîtrisé à Olembe et les rallonges étant multiples et parfois inattendues, les experts s’accordent à situer le financement de cette infrastructure autour de 260 milliards de FCFA.

Le Stade de France selon les chiffres estimatifs, a coûté 600 millions d’euros. La rénovation du Santiago Bernabeu le stade du Real Madrid a coûté 800 millions d’euros, environ 520 milliards de FCFA. Bien loin du coût de construction estimée d’Olembé, tout comme l’espace Barca, l’autre petit Nou Camp en projet de construction et dont le coût est estimé à 720 millions d’euros. Mais dans le même temps, l’Allianz Arena de Munich le stade du Bayern a coûté en 2005, 280 millions d’euros, totalement en deçà de Olembe. Terminons avec l’Orange Vélodrome de Marseille dont la rénovation pour l’Euro 2016 qui a coûté 550 millions d’euros. On ve voit aisément, la mise en place de telles infrastructures nécessite des financements très élevés. Le problème de Olembe, n’est donc pas un problème de Coût des travaux, mais de la maîtrise de ces coûts, des délais d’exécution de ces travaux, des montages financiers y afférents.

Pour approfondir :   Cameroun : Célestin Djamen plaide pour l'exclusion de Martin Hongla de la sélection

Comment un stade évalué au départ à 163 milliards a pu être réévalué autant de fois sans pouvoir être achevé ? C’est là que se situe le premier problème. Le deuxième se situe sur les financements et les montages financiers. Je vous parlais plus haut du petit Nou Camp. Il est financé par les revenus du Grand Nou Camp qui a passé des accords sur 5 années de construction et 25 ans d’exploitation pour rentabiliser l’investissement. Même chose ou presque pour l’Orange Vélodrome dont le naming avec l’opérateur de téléphonie permet d’amortir les coûts de construction. Pour l‘Allianz Arena par exemple, les travaux ont été financés par TSV 1860 Munchen et le Bayern. Or Olembe est adossé sur l’argent public et les emprunts bancaires qui augmentent la dette de l‘État…sans une stratégie de merchandisings derrière capable d’amortir les coûts. Ces stratégies vont du naming à la mise en concession directe avec des fonds financiers ou des structures indépendantes capables de supporter le cahier de charges. C’est pourquoi c’est un gros souci.

Pour approfondir :   Joseph Antoine Bell : « Rigobert Song n'aurait pas dû laissé croire aux Camerounais qu'il pouvait gagner »

La question des cahiers de charges des compétitions que nous organisons se pose désormais. La CAF par exemple, doit-elle continuer à mettre des exigences à ce niveau pour satisfaire les partenaires médias et autres qui exigent cette qualité, empoche l’argent de ces partenaires, ne reverse aucun radi aux pays qui croulent sous ces cahiers de charges et qui derrière doivent se battre pour une rentabilisation pas évidente? Pour faire simple, les États doivent-ils continuer à s’embourber dans les organisations des compétitions onéreuses juste pour le prestige et sans un sharing des charges avec la CAF et la FIFA qui profitent sans charges directes des retombées ? Aucun pays d’Afrique noire en dehors peut-être de l’Afrique du Sud, et encore! N’a réussi après une compétition d’envergure de maintenir des infrastructures flambantes consacrées à ces compétitions. Au Gabon et en Guinée voisins, certains stades sont dans la broussaille. La même chose guette Olembe, Japoma ou Kouekong. D’où l’urgence des concessions et de la privatisation de leur gestion. C’est la seule issue pour prolonger leur espérance de vie, à défaut d’amortir les énormes saignées financières, qui préparent l’anémie et l’agonie quant à leur utilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Choupo-Moting

    Eric Maxim Choupo-Moting pose ses conditions pour prolonger avec le Bayern Munich

    Gianni Infantino s'explique après avoir créé une vive polémique suite à un selfie devant le cercueil de Pelé

    Gianni Infantino s’explique après avoir créé une vive polémique suite à un selfie devant le cercueil de Pelé