in ,

Marc Brys supervisera Dina Ebimbe, Jean-Matteo Bahoya et Hugo Ekitike lors du match entre Francfort et Augsbourg

Le nouvel entraîneur de l’équipe nationale du Cameroun, le Belge Marc Brys, montre son engagement envers les Lions Indomptables en cherchant à renforcer l’équipe avec de nouveaux talents binationaux.

Marc Brys © Droits reservés
Marc Brys © Droits reservés

Après avoir visité diverses installations sportives au Cameroun suite à la signature de son contrat, Brys entame cette semaine une tournée européenne, commençant par l’Allemagne.

Alors que l’Eintracht Francfort affronte Augsbourg ce vendredi en Bundesliga, le belge assistera au match pour rencontrer quelques-uns de ses potentiels futurs joueurs pour les Lions Indomptables. Il se rendra dans les tribunes du Deutsche Bank Park de l’Eintracht Francfort, où évoluent plusieurs binationaux camerounais, notamment Dina Ebimbe, Jean-Matteo Bahoya et Hugo Ekitike, selon AfricaFootUnited.

L’objectif de cette visite est d’établir un contact avec ces joueurs et de les encourager à se tenir disponibles pour représenter la nation camerounaise en cas de besoin, selon nos confrères.

De plus, Marc Brys devra annoncer sa liste avant mi-mai en prévision des matchs contre le Cap-Vert et l’Angola en juin, des rencontres cruciales pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2026. Malgré les rumeurs de rupture de contrat, le technicien reste concentré sur sa mission, ayant déjà inspecté les installations sportives à Douala et Yaoundé après la signature de son contrat le 8 avril.

Pour approfondir :   Play-Offs : Aigle royal de la Menoua tombe en Élite Two

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Cristiano Ronaldo - Juventus © Droits réservés

    La Juventus contrainte de payer à Ronaldo 10 millions d’euros de salaire en retard

    Fabiola Makamte © Droits réservés

    Makamte Fabiola au sujet de la non qualification des lionnes de handball : « Ce genre de couac, c’est tout le temps »