Les 5 sélectionneurs débarqués avant la fin de la CAN

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pluie de virements de sélectionneurs s’abat dans les équipes ayant participé à la CAN 2019 alors que la compétition n’est pas arrivée à son terme. Le départ d’Hervé Renard à la tête des lions de l’Atlas porte le total à 5.

Le limogeage d’Hervé Renard avait été dementi par la Fédération marocaine, le temps de trouver une porte de sortie à l’amiable. Selon les informations de Le360, la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) et le technicien français ont trouvé un accord pour une rupture du contrat.

Cette résiliation de contrat de façon consensuelle se fera d’ici peu. A en croire Medi1 TV, la FRMF et Hervé Renard prévoient officialiser cette annonce samedi, c’est à dire au lendemain de la finale de la CAN 2019.

Hervé Renard vient donc grossir la liste et va s’ajouter aux quatre sélectionneurs qui déjà ont été virés juste après les éliminations, sans attendre la fin de la CAN.

Sébastien Desabre, sélectionneur de l’Ouganda , a permis à l’équipe d’atteindre le second tour de la CAN, une première depuis 1978. Après l’élimination en 8ès de finale face au Sénégal, la Fédération Ougandaise, en commun accord avec le technicien français, a décidé de mettre fin à la collaboration.

L’élimination de l’Egypte en 8ès de finale de la CAN 2019 face à l’Afrique du Sud, a été vécue comme une véritable hécatombe pour le pays organisateur et même la CAF qui se retrouve avec des stades vides. Au lendemain de ce cuisant revers, le sélectionneur Javier Aguirre a été limogé par le président de la Fédération Hani Abou Rida qui, lui-même, a démissionné.

Emmanuel Amunike, sélectionneur des Taifas Stars de la Tanzanie a payé les frais des résultats humiliants de son équipe éliminée dès les phases de poules avec 0 points au marquoir.

Le dernier limogeage en date est celui de Clarence Seedorf, sélectionneur des Lions Indomptables du Cameroun, qui a été demis de ses fonctions tambours battants pour l’élimination précoce à la CAN 2019 et l’incohérence dans son choix de l’équipe type.

Et ce n’est pas fini. En Tunisie, Alain Giresse est très critiqué malgré la quatrième place.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de