Eto’o dévoile la formule magique pour qu’un africain soit Ballon d’Or


Il y a un peu plus d’une semaine, Samuel Eto’o a accordé un long entretien à l’agence France-Presse (AFP). Durant cet échange, l’ancienne gloire africaine s’est exprimé sur le Ballon d’or 2019 qui sera remis le 02 décembre prochain.

La recette de Samuel Eto’o

« Les footballeurs africains « ne sont pas toujours appréciés à leur juste valeur, les médias occidentaux dominent sur nos médias africains, donc forcément il y a une influence. On apprécie plus le but de Lionel Messi », a déploré l’ancien capitaine des lions indomptables.

Malgré son palmarès géant et ses prestations de haut volt sur le vieux continent, Eto’o n’a jamais décroché le titre de meilleur joueur du monde. Un état de fait qu’il ne regrette pas.

Immense regret? « Non, parce que j’ai gagné pleins de trophées, j’ai créé pleins de rêves et pour moi ça équivaut au Ballon d’Or. Par contre j’ai beaucoup de regrets pour mes jeunes frères qui sont arrivés après ma génération », confie le tout récent retraité.

Sadio Mané et Mohamed Salah ont été nominés pour le prix FIFA The Best sans pour autant finir dans trio de tête ou dans l’équipe type en dépit de leur incroyable saison en club. Le quadruple Ballon d’Or africain le dénonce en même temps qu’il appelle les africains à faire front derrière leurs footballeurs.

« C’était une opportunité pour l’Afrique de les voir (Salah et Mané) sur le podium (Fifa The Best) et pourquoi pas gagner. Ils ont fait une belle saison et cela n’aurait choqué personne qu’ils gagnent ».

Lorsque la FIFA a rendu public les votes des capitaines, sélectionneurs et journalistes, le constat fut amer. Très peu de voix africaines ont été attribués à Salah ou à Mané. Ce qui, de l’avis de Samuel est inadmissible.

« Pourquoi cette haine entre nous, Africains ? Pourquoi cette jalousie mal placée ? Si nous, nous ne nous apprécions pas, les autres ne le feront pas à notre place. C’est juste dommage ! Si tous les Africains votaient pour les Africains, on aurait eu plusieurs meilleurs joueurs jusqu’à présent », argue-t-il.

Mais comment faire pencher le jury mondial de 180 journalistes en leur faveur ?

« Il faut déjà que l’Afrique se montre très forte, répond Eto’o. Aujourd’hui, on a la chance d’avoir des joueurs qui sont bons, qui marquent plus de dix buts en Ligue des champions ! On a eu les trois meilleurs buteurs du championnat anglais (Mané, Salah, Aubameyang), ce n’est pas croyable que ces jeunes n’aient pas notre appui », termine l’homme aux 139 buts avec Barcelone.


Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de